X

Neauphle Express - 03/08/20

En cet épisode de chaleur, voici un rappel des conseils simples à adopter par tous, mais surtout par les personnes fragiles les plus à risques (personnes âgées de plus de 65 ans, personnes handicapées ou malades à domicile, personnes dépendantes, femmes enceintes…) afin de lutter au mieux contre les conséquences de la chaleur :

  • Buvez régulièrement de l’eau sans attendre d’avoir soif ;
  • Rafraîchissez-vous et mouillez-vous le corps (au moins le visage et les avants bras) plusieurs fois par jour ;
  • Mangez en quantité suffisante et ne buvez pas d’alcool ;
  • Évitez de sortir aux heures les plus chaudes et passez plusieurs heures par jour dans un lieu frais (cinéma, bibliothèque municipale, supermarché, musée…) ;
  • Évitez les efforts physiques ;
  • Maintenez votre logement frais (fermez fenêtres et volets la journée, ouvrez-les le soir et la nuit s’il fait plus frais) ;
  • Pensez à donner régulièrement de vos nouvelles à vos proches et, dès que nécessaire, osez demander de l’aide ;
  • Si nécessaire, demandez conseil à votre médecin traitant, tout particulièrement en cas de problème de santé ou de traitement médicamenteux régulier (adaptation de doses par exemple).

Consulter l’intégralité des recommandations en cas de vague de chaleur sur le site du ministère des Solidarités et de la Santé (https://solidarites-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/risques-climatiques/canicule).

Si vous connaissez des personnes âgées, handicapées ou fragiles qui sont isolées, incitez-les à prendre contact avec la mairie au 01.34.91.00.74.

La plateforme téléphonique d'information « Canicule » est joignable du lundi au samedi, de 9h00 à 19h00 au 0800 06 66 66 (appel gratuit depuis un poste fixe en France). Ce numéro permet d'obtenir des conseils pour aider à supporter les fortes chaleurs et des informations utiles en cas de situation particulière.

L'actuelle église Saint-Nicolas de Neauphle-le-Château, probablement la troisième sur le site, a été construite en 1118 par Simon III, Connétable de France, qui fut également le fondateur, la même année, avec sa femme Eve, de l'importante Abbaye cistercienne des Vaux de Cernay. Elle comportait chœur, transept, nef et bas-côtés. En subsistent le chœur et le transept, ainsi que quelques éléments de mobilier (sculptures, remarquable cuve baptismale du XIIIe).

Les étapes de sa construction

La guerre de Cent Ans n'épargne pas notre région contrôlée par les Anglais après 1422 et l'église est très endommagée. Après la paix, elle est restaurée comme en témoignent les clefs de voûte tardives du choeur.

La nef et la façade sont reconstruites au XVIIe siècle après un incendie et l'ensemble restauré de 1841 à 1867. Le clocher médiéval est surmonté d'une haute flèche en charpente à la fin du XVIIe siècle et muni de 4 cloches.

Nicolas, fils de Pomponne de Bellièvre, seigneur de Grignon, seigneur de Neauphle et Chancelier de France, orne l'église paroissiale, avant sa mort en 1650, du somptueux retable du maître-autel qui, aujourd'hui encore, en constitue la principale parure.

En 1697, les bénédictins de Bourgueil cèdent à la paroisse leur chapelle St-André, actuel fond du chœur, pour agrandir celui-ci.

Avant 1731, les comtes de Pontchartrain complètent le mobilier de l'église en le dotant de boiseries, d'un banc d'œuvre, d'une chaire, d'un confessionnal, de peintures et d'autels latéraux de style Louis XV qui l'ornent encore de nos jours augmentés de quelques excellents apports du XIXe, (peintures, fresques, vitraux, bénitiers...).

Une histoire mouvementée

Au moment de la Révolution, une assez redoutable «société populaire» occasionne des dégâts au mobilier de l'église.

La cité passe, au spirituel, au diocèse de Versailles nouvellement créé le 21 juillet 1790. Cette nouvelle et éphémère importance administrative, jointe aux qualités du site, le plus haut de la région (185 m), permettent à Claude Chappe d'installer en 1798 sur le clocher, réquisitionné, vidé de ses quatre cloches et découronné à cet effet par le gouvernement, un poste de la ligne télégraphique aérienne Paris-Brest ; les deux postes voisins étant aux Clayes et à La Queue. Le clocher ne sera rendu à la commune qu'en 1851 et le haut reconstruit grâce à la générosité publique.

Au hasard des restaurations de l'église apparaît en 1845 l'orgue, bientôt entretenu et restauré par la Maison Abbey de Versailles en 1867-68. Il a été à nouveau restauré et augmenté de 1969 à 1985 par Adrien Maciet, puis en 1998-99 par son fils Pierre Maciet. Il fut inauguré par Marie- Claire Alain, principal conseiller de cette restauration, qui en fait un des meilleurs instruments de la région (2 claviers, 22 jeux, dont 8 du XVIIIe siècle).

L'intérieur et l'extérieur de l'église ont été remis en état par la municipalité de 1988 à 1994, ainsi que le beau mobilier ancien.


Le clocher nouvellement reconstruit et regarni de quatre cloches est accessible au public. Il peut être visité aux beaux jours ainsi que l'église elle-même (visites, conférences à dates fixes et sur demande).

Et pour aller plus loin

L'Hôtel de Ville

Lire la page

Histoire des rues du village

Lire la page

Grand Marnier

Lire la page
Personnalisez vos accès rapides

Mes accès rapides